Archives de catégorie : Micros rebelles reportage

Les reportages de Micros rebelles

L’Etat contre les étrangers ?

Dans le cadre de Citéphilo 2020, Hubert Sauvage, professeur de philosophie au lycée Henri Darras de Liévin a invité Karine Parrot, professeure en droit privé et sciences criminelles à la faculté de Droit de Cergy-Pontois, pour nous parler de son livre Carte blanche, l’Etat contre les étrangers (éditions La Fabrique).

Nous l’avons ensuite interviewée ; elle revient sur la notion d’étranger-e abordée dans son livre, des politiques mises en œuvre par l’État français depuis des décennies concernant les personnes étrangères en France et des perspectives face à cela.

Photo : unsplash.com Katie Moum

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Les jeunes, le porno, le théâtre

On vous parle du prochain spectacle de la Compagnie Zaoum : To tube or not to tube

Pour cela on a rencontré son autrice et metteuse en scène Bernadette Gruson ainsi que ses interprètes Jacques-Joël Delgado, Dana Fiaque, Zoé Pinelli, Victor Robert

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

La fin du voyage ?

L’habitat en caravane, les installations spontanées et d’une manière générale l’itinérance sont de plus en plus difficiles.  Au cœur d’enjeux politiques et sociaux, la question de l’accueil des gens du voyage renseigne sur l’organisation du territoire et l’administration de la population. Aujourd’hui, les contraintes qui pèsent sur le voyage – répression à l’installation illicite, précarisation, obligations administratives, scolarisation, … – font que de plus en plus de gens du voyage cèdent aux propositions de sédentarisation. La loi Besson de 2000, qui oblige à la création d’aires d’accueil, a aussi favorisé un « encampement », installation prolongée dans des aires relégués territorialement, et subissant des nuisances environnementale, sonores.  Comment dans ces conditions maintenir un mode de vie ? Quel est l’avenir du voyage ?

Nous avons ici interrogé des femmes gens du voyage dans le bassin minier et la métropole lilloise, des professionnelles (assistante sociale ou juriste en charge d’organiser le schéma départemental d’accueil), un autre juriste militant qui réalise l’inventaire des aires d’accueil en France, auteur de Où sont les gens du voyage ? , Éditions du Commun (à paraître en avril 2021).

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Photo : Photo by Loes Klinker on Unsplash

La culture confinée

Depuis le second coup d’arrêt à l’automne 2020, le monde de la culture navigue à vue. Les spectacles vont de report en report, les artistes sont cantonné.es à des résidences quand c’est possible, le public s’impatiente ou se dirige vers les plateformes de streaming, les intermittent.es heureusement bénéficient d’une année blanche. Mais qu’en sera-t-il après?

On en parle avec Michel Grabowski, directeur des services culturels à la mairie d’Avion

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Photo by stefano stacchini on Unsplash

Où sont les gens du voyage ?

William Acker est juriste, issu de la communauté des gens du voyage. Il a réalisé un inventaire des aires d’accueil dans l’ensemble des départements français. Procédant à une lecture historique, sociologique, cartographique et critique de la politique d’encampement de cette population, il montre comment s’opère sa relégation loin des zones habitables et à proximité d’espaces à risque sanitaire ou écologique.

Cet inventaire critique paraîtra sous le titre Où sont les gens gens du voyage ? aux Éditions du commun en 2021. Nous l’avons contacté par téléphone.

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Loi sur le séparatisme

« La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, …  » Georges Orwell.

« C’est une loi de liberté, c’est une loi de protection, c’est une loi d’émancipation » Jean Castex.

Voilà que les forcenés de la République promulguant des lois liberticides nous donnent des leçons d’émancipation. Que pour vos droits, on supprime vos libertés. Que pour protéger les femmes musulmanes, on leur dit ce qu’elles doivent faire. Que pour la laïcité on stigmatise les musulman.es ou supposé.es tel.les.

L’intérieur n’en finit plus de sa dérive autoritaire, et le gouvernement, dont la légitimité se réduit à peau de chagrin  tente son va-tout avec la peur du péril islamiste. Même rebaptisée loi confortant les principes de la république, la loi contre les séparatismes suscite une levée de boucliers chez les militant.es antiracistes.

On en parle avec Saïd Bouamama, sociologue, militant au Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires.

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous »

 

Moins de sécurité globale, plus de sécurité sociale

Le samedi 5 décembre était une journée de mobilisation double : contre les licenciements, le chômage, et la précarité et contre la loi de sécurité globale. L’occasion de faire le lien entre la crise économique, celle de l’État social et le renforcement d’un État policier.

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Photo : By Jules – Own work

Micros-rebelles hebdo – 04 décembre 2020

C’est notre émission hebdomadaire, enregistrée en direct, en studio. Elle est enregistrée et diffusée le vendredi soir, de 18h00 à 19h00

En suivant ce lien, vous avez accès au podcast et téléchargement de l’émission.

Au programme de ce Micros-rebelles hebdo du vendredi 04 décembre 2020 :

  • l’agenda des mobilisations
  • la revue de presse de Luc
  • la chronique d’Aurélie : pétition des étudiant-es de l’université de Lille contre les partiels en présentiel en janvier
  • une interview d’un avocat sur la loi sécurité globale
  • de la musique libre : No quiero casarme de Duro Mambo
  • un invité en direct : David Pochet, secrétaire général CGT territoriaux de Liévin nous parle du mouvement de contestation des agent-es de la municipalité liévinoise.

La loi de sécurité globale du point de vue juridique

Malgré la suspension de l’article 24, la loi de sécurité globale, adoptée en première lecture à l’Assemblée Nationale, reste contestée par de nombreuses ONG, associations, syndicats, collectifs, etc, regroupé.es dans la coordination  #StopLoiSécuritéGlobale.

En cause, des dispositions liberticides qui remettent en cause la liberté d’information et de manifestation par l’instauration d’outils de surveillance de masse (drones et caméras piétons) et l’élargissement de l’arsenal répressif.

Quels sont les enjeux en termes de liberté individuelle, de droit de la défense, de constitutionnalité ? Nous avons contacté par téléphone Antoine Chaudey, avocat, Président de la section lilloise du SAF, le Syndicat des Avocats de France.

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous »

Photo : Photo by Maxim Hopman on Unsplash

Pas vu, pas pris

Continuant sa dérive policière, le pouvoir s’est offert deux nouveaux outils cet automne. D’abord le nouveau Schéma National du Maintien de l’Ordre (le SNMO) qui permet d’écarter les journalistes des pratiques les plus violentes des forces de l’ordre en manifestation ;  puis la loi relative à la sécurité globale qui censurera purement et simplement toute image de policier en action.

Ce samedi 21 novembre, un millier de personnes se sont rassemblées sur la Place de la République à Lille pour manifester leurs colères. Des manifestations similaires se sont tenues partout en France et continuerons dans les semaines à venir. En voici un compte rendu :

Podcast :

Téléchargement :

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».