Archives de catégorie : Critique

Violences policières – Les réfractaires du 80

Le mouvement « Black lives matter » met en avant le racisme d’État, le racisme comme système, la brutalité des forces de l’ordre, la violence des rapports de classe dans la société capitaliste en France comme aux USA. Sur ce sujet, nous avons souhaité donner la parole à des personnes qui ont subie ou subissent cette violence. C’est le cas de Mélanie, du collectif amiénois  Les réfractaires du 80, collectif qui organise du 14 au 18 juin des mobilisations contre les violences policières et judiciaires.

Podcasting

Téléchargement

« Clic droit, puis enregistrer la cible du lien sous ».

Photo : Mike Von – Musique : Hoodoo

Covid, logement et précarité

La crise sanitaire étant aussi une crise économique, les situations de précarité sont exacerbées. Les dispositifs d’aides sont minimes et nous sommes loin du revirement dans les politiques libérales de réformes sociales. Pourtant, pour Jean-Luc Duriez de la Confédération Syndicale des Familles et Serge Vittu, CGTiste, la solution aux problèmes de l’habitat doit être globale et collective, notamment par la socialisation du « marché » du logement.

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Photo : Norbert Levajsics on Unsplash – Musique : Le bal chaloupé – Bonjour Tristesse

La 5G en question

Alors qu’une ordonnance gouvernementale, entrée en vigueur pendant le confinement, le 26 mars, facilite l’implantation et la modification d’antennes-relais en vue du déploiement de la 5G, la mobilisation s’organise contre cette technologie de télécommunication. Outre les dangers pour l’être humain et le vivant, c’est aussi sur le projet d’une société technologique de surveillance généralisée que se concentre les critiques

On en parle avec Pierre Rose, membre du collectif ACCAD, Anti Compteurs Communicants Artois Douaisis.

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Crédits photos : Ehimetalor Akhere Unuabona

Économie Sociale et Solidaire (ESS), Covid et capitalisme

Nous entendons par capitalisme un mode d’exploitation du travail et des ressources réalisé par des sociétés anonymes détenues par des apporteurs de capital également responsables de l’orientation politique de ces entreprises. Dans sa phase actuelle, le capitalisme concentre quelques entreprises formant des oligopoles dans la majorité des filières de production et dans le placement financier. Il comprend également les institutions administratives publiques et privées qui définissent les règles des échanges et les normes internationales.

Les petites entreprises de type artisanal, commercial, agricole etc., n’appartiennent pas au capitalisme. Elles appartiennent, comme l’essentiel de l’économie sociale, à des systèmes marchands localisés qui fonctionnaient bien avant le mode d’exploitation capitaliste mais sur lesquels celui-ci tente d’imposer ses règles de fonctionnement.
(...)
         J.-F. Draperi - Revue internationale de l'économie sociale

Dans ce texte, écrit en 2010 et concernant à l’origine l’entrepreneuriat social, Jean-François Draperi estime par ailleurs qu’il est essentiel de comprendre les dynamiques du capitalisme et de maintenir un pôle de pensée qui alimente et se nourrit des pratiques alternatives au capitalisme.

Dix ans plus tard, en 2020, la pandémie du Covid 19 confine la moitié de l’humanité, amène les États à agir de façon massive contre le « marché » et balaye (tout au moins provisoirement) les contraintes financières qui imposaient leur loi. Au sein de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), les solidarités se multiplient : fabrication de masques protecteurs, distributions alimentaires, animations confinées, etc.
Quelle sera la portée de ces initiatives ? Quels enseignements l’ESS pourra-t-elle tirer de cette crise ? Comment pourra-t-elle prolonger ses engagements ?

Typiquement, l’ESS peut-elle dorénavant se « contenter » de brandir la référence à ses « valeurs » ? L’ESS peut-elle continuer de s’inscrire dans une « complémentarité » avec l’économie « classique », « traditionnelle », « capitaliste »…? N’est-il pas temps, n’est-il pas urgent, d’affirmer que, au delà des « valeurs » portées par l’ESS, c’est tout un système économique, le capitalisme, qu’il convient de combattre ?

Et puis, au-delà d’une forme d’incantation, l’ESS ne se doit-elle pas d’expliciter ce que recouvre ce propos : « combattre le capitalisme » ? Dans le concret, il s’agit par exemple de reprendre à nouveaux frais les questions suivantes :

  • se placer hors de la loi du marché
  • la propriété des moyens de production
  • la socialisation intégrale des activités économiques essentielles, sous le contrôle des travailleurs, travailleuses, usagers, usagères, habitants, habitantes
  • le contenu de la production : quels biens, quels services sont nuisibles ? Quels biens quels services, sont des « biens communs », qu’il importe de placer sous le régime d’une « propriété sociale » ?
  • l’autogestion
  • la place du travail dans notre vie
  • les conditions de travail
  • ESS et services publics
  • etc.

Au travers des chroniques radiophoniques qui suivent, Micros-rebelles souhaite aborder l’ensemble de ces questionnements. N’hésitez pas à vous y inscrire ! ….

Covid et numérique

Extrait du Monde diplomatique, avril 2020, édito de Serge Halimi :

(...) Corollaire du « Restez chez vous » et de la « distanciation », l’ensemble de nos sociabilités risquent d’être bouleversées par la numérisation accélérée de nos sociétés. L’urgence sanitaire rendra encore plus pressante, ou totalement caduque, la question de savoir s’il est encore possible de vivre sans Internet. Chacun doit déjà détenir des papiers d’identité sur lui ; bientôt, un téléphone portable sera non seulement utile, mais requis à des fins de contrôle. Et, puisque les pièces de monnaie et les billets constituent une source potentielle de contamination, les cartes bancaires, devenues garantie de santé publique, permettront que chaque achat soit répertorié, enregistré, archivé. « Crédit social » à la chinoise ou « capitalisme de surveillance », le recul historique du droit inaliénable de ne pas laisser trace de son passage quand on ne transgresse aucune loi s’installe dans nos esprits et dans nos vies sans rencontrer d’autre réaction qu’une sidération immature. Avant le coronavirus, il était déjà devenu impossible de prendre un train sans décliner son état-civil ; utiliser en ligne son compte en banque imposait de faire connaître son numéro de téléphone portable ; se promener garantissait qu’on était filmé. Avec la crise sanitaire, un nouveau pas est franchi. À Paris, des drones surveillent les zones interdites d’accès ; en Corée du Sud, des capteurs alertent les autorités quand la température d’un habitant présente un danger pour la collectivité ; en Pologne, les habitants doivent choisir entre l’installation d’une application de vérification de confinement sur leur portable et des visites inopinées de la police à leur domicile. Par temps de catastrophe, de tels dispositifs de surveillance sont plébiscités. Mais ils survivent toujours aux urgences qui les ont enfantés. (...)

En perspective de cet édito, Micros-rebelles donne la parole, en audio-conférence, à Arthur, Gaspard et Valentin. Ils travaillent dans l’informatique, ou sont utilisateurs du numérique, ou, tout simplement, ils s’efforcent d’exercer un certain regard critique sur leur environnement.

Parmi les thématiques abordées, en appui sur le Covid 19 :

  • la numérisation de nos vies
  • la technologie nous sauvera-t-elle ?
  • éducation nationale et numérique, en temps de Covid
  • la sobriété numérique
  • l’appli Stop Covid
  • le capitalisme de surveillance
  • les logiciels libres
  • la création de valeur sur les données
  • 5G et Covid
  • les GAFAM (Google – Amazon – Facebook – Apple – Microsoft) et le Covid
  • numérique et transformation des rapports sociaux

N’hésitez pas à réagir à leurs propos : contact@micros-rebelles.fr et sur le répondeur de Micros-rebelles 03 74 71 24 87

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous »

Leurs virus, nos morts

Pièce et main d’œuvre, atelier de fabrique d’un esprit critique basé à Grenoble, a fait paraître un article intitulé Leurs virus, nos morts.

P & MO y  montre comment la pandémie de coronavirus trouve son origine dans la société industrielle : urbanisation, exploitation animale, destruction des habitats naturels, etc, mais surtout que ce type de maladie pourrait être qualifiée de « civilisationnelle ».

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Picture By https://www.vperemen.com/ (Own work) CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons

Coronavirus et crise économique

Benoît Borrits est animateur de l’association Autogestion et du site Économie.org, il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Au-delà de la propriété, Pour une économie des communs (2017, La découverte) et, publié en 2020, Virer les actionnaires, pourquoi et comment s’en passer ? (Syllepse).

Et justement l’économie avec l’épidémie de Covid 19 semble à un tournant, la production mondiale est en chute libre, le PIB de la zone euro a diminué de 24%, début 2020, on évoque des renationalisations, le rachat des emprunts de certains pays d’Europe par la BCE, etc. Alors que ce répit lié au confinement, réveille les espoirs des écologistes et des objecteur.ice.s de croissance, les mesures prises par le gouvernement en France sont au contraire en faveur du capital, du profit, pour une remise en marche d’une économie de marché dont on prend aujourd’hui d’autant plus conscience des dégâts qu’elle cause.

Pourtant d’autres solutions immédiates ou en sortie de crise sont possibles, on en parle au téléphone avec Benoît Borrits.

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

La possibilité du fascisme

Une belle après-midi d’échanges, de réflexions, avec Ugo Palheta, autour de son dernier ouvrage « La possibilité du fascisme ».

C’était la première émission publique en nos nouveaux locaux, à la maison des jeunes Buisson de Lens.

L’enregistrement dure 1h40. Oui ! les échanges ont été très riches ! On ne voit pas le temps passer !

1ère partie (55′) : échanges avec Ugo Palheta

2ème partie (45′) : interventions dans l’assistance, questions, réflexions

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Émission publique, avec Ugo Palheta, le 8 février

À noter dans l’agenda : Micros-rebelles vous propose d’assister à l’enregistrement public d’un échange avec Ugo Palheta, autour de son dernier ouvrage La possibilité du fascisme.

Une bonne occasion d’échanger avec Ugo Palheta, et entre nous, autour de quelques questions qui nous concernent toutes et tous, dans le bassin minier… et au-delà !

Rendez-vous donc samedi 8 février, dans les nouveaux locaux de Micros-rebelles, à Lens.

L’enregistrement débute à 15h00 précises. Il est important d’arriver un peu avant. Les portes du studio seront fermées quelques minutes avant 15h00.

les enjeux de la réforme des retraites

Lors d’une émission précédente Paul Masson, militant de l’Éducation populaire, avait fait le point sur l’histoire de notre système des retraites. 

À l’heure où les déclarations gouvernementales ont permis de mieux cerné le projet de réforme, il nous montre, entre autre, qu’au delà de l’âge dit « d’équilibre », il en va de la baisse généralisée des pensions de retraites, et qu’au-delà de l’équilibre financier, il s’agit plutôt d’une marchandisation du budget des retraites.

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Vous pouvez également retrouver les plans d’intervention de Paul Masson, ainsi qu’une conférence vidéo sur son site internet : paulmasson.atimbli.net