Archives de catégorie : Migration

Pour que Fatoumata reste en France

Fatoumata est une jeune guinéenne « mineure non accompagnée ». Elle vient d’obtenir le bac au lycée de Wingles, avec 17 l’an dernier à l’oral du bac français, et est admise en BTS à Arras. Ses deux jeunes frère et sœur sont également scolarisés. Orpheline, confiée avec eux à un oncle qui les a employés comme domestiques, Fatoumata a été mariée à 15 ans sous la menace à un homme de 67 ans. Elle a fui son pays avec son frère et sa soeur.
Elle aura 18 ans le 24 août et vient de recevoir l’avis de l’Ofpra lui refusant de rester en France. Au lycée, c’est la consternation.

L’Ofpra lui reproche de ne pas apporter suffisamment de preuves des sévices vécus, de produire un récit moult fois entendu. Sans doute notre administration n’a-t-elle pas encore réalisé que les violences subies par les femmes sont moult fois vécues à l’identique.

Alors que la lutte contre les violences faites aux femmes et l’aide aux victimes est « une grande cause nationale », va-t-on les réserver à celles que le hasard a fait naître sur notre territoire ?

Fatoumata nous a accordé un long entretien, que nous vous proposons ci-dessous, en podcast et en téléchargement.

Au préalable, nous avons reçu, en studio, 2 enseignantes de Fatoumata. Elles se mobilisent pour que Fatoumata reste en France.

On trouvera le texte de la pétition pour Fatoumata en suivant ce lien.

Podcasting

Échanges en studio avec Muriel et Véronique, enseignantes de Fatoumata

 

Échanges en studio avec Fatoumata

Téléchargements

Échanges en studio avec Muriel et Véronique, enseignantes de Fatoumata

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Échanges en studio avec Fatoumata

Pour télécharger un fichier son dans la liste ci-dessous : Clic droit sur le lien correspondant, puis « Enregistrer la cible du lien sous »

Centre de rétention administrative et covid-19

Les 24 centres de rétention administrative (CRA) en France, prisons enfermant des personnes parce qu’elles n’ont pas les papiers requis par l’Etat français pour pouvoir vivre sur le territoire français, sont restés ouverts pendant le confinement et la crise du covid-19. De même pour les foyers pour personnes immigrées où les risques sanitaires et précaires se sont dangereusement accentués.

Face à cette réalité, des comités de personnes sans papier (CSP) , déjà existants depuis de nombreuses années, s’organisent et se mobilisent pour dénoncer et agir. Nous avons interviewé Anzoumane Sissoko, porte-parole du CSP 75 (Paris), il nous dresse un état des lieux des CRA et donne les revendiactions principales : régularisation de tous les sans papier, fermeture des CRA, suspension des loyers des foyers pour mars/avril/mai. Nous avons également échangé avec Roland Diagne, porte-parole du CSP 59, il raconte les actions menées par le comité pendant le confinement et la situation pour le CRA de Lesquin-Lille.

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous »

 

harcèlement des défenseu-r-ses des droits des migrant-es

En juin 2019, Amnesty International sort un rapport sur le harcèlement des personnes défendant le droit des migrantes et migrants à Calais par les autorités, la police et la justice.

Entretien avec Katia Roux, chargée de plaidoyer à Amnesty International France et co-rédactrice du rapport.

Podcasting

Téléchargement

Clic droit, puis « enregistrer la cible du lien sous ».

Solidarité Pologne

Rencontre avec Jacques Kmieciak de l’ association les amis d’Edward Gierek qui nous parle du procès de trois militants communistes en Pologne, des atteintes à la liberté d’expression perpétrées par le gouvernement d’extrême droite dans ce pays et du mouvement de soutien dans le bassin minier.

Pendant la Seconde Guerre mondiale des mineurs polonais se sont engagés dans la résistance afin de libérer le territoire français du joug nazi.
Bon nombre d’entre eux étaient communistes.
A une époque cruciale de son histoire, la France a pu compter sur leur soutien.
Depuis, des liens puissants de fraternité unissent le Nord-Pas-de-Calais et la Pologne.

Aujourd’hui, suite au retour au pouvoir de l’extrême droite en Pologne, c’est le Parti communiste polonais (KPP) qui a besoin de notre solidarité.
Trois militants du KPP risquent deux ans de prison pour avoir dit du bien de la Pologne populaire dans leurs publications.
A terme, c’est le Parti communiste polonais qui est menacé d’interdiction.

Pour que cessent ces atteintes à la liberté d’expression, des démarches ont déjà été engagées auprès du consul de Pologne dans le Nord.

 

Pour aller plus loin:

L’appel des 118

Le communiqué de presse Solidarité KPP

Pour télécharger

Clic droit, puis enregistrer la cible du lien sous